Connect with us

Kelsurf

Santé

Syndrome d’Alcoolisme Fœtal : voici le visage typique d’une personne qui en a été victime

Bien que le Syndrome d’Alcoolisme Fœtal (SAF) soit difficile à quantifier dans la population compte-tenu de la grande hétérogénéité des symptômes possibles, plusieurs études ont tout de même estimé sa fréquence de survenue entre 2,8 et 4,8 naissances sur 1000. Les scientifiques parlent de trouble fréquent, très probablement sous-estimé.

Le diagnostic du SAF repose sur 3 manifestations principales :

  • Un retard de croissance ;
  • Des anomalies faciales ;
  • Un dysfonctionnement du système nerveux central.

Les anomalies de la face ont même été classées et normées. Parmi les traits anormaux, on distingue principalement : des fissures palpébrales courtes (distance entre le coin interne et externe de l’œil), un visage aplati, un nez court, un sillon naso-labial (« fente » entre le nez et la bouche) quasiment inexistant, une bouche en arceau avec une lèvre supérieure mince.

 

Outre l’apparence physique, l’alcool a surtout des effets dévastateurs sur le système nerveux central impliquant des troubles neuro-développementaux : microcéphalie (volume crânien rétréci), faible QI, troubles de l’apprentissage et de l’attention, retard psychomoteur, troubles de l’adaptation sociale et du comportement, etc.

Jusqu’à présent le seul moyen d’enrayer ou du moins de tenter de contrôler ce phénomène reposait sur les diverses campagnes de prévention, lancées par les pouvoirs publics, prônant le zéro alcool pour la femme enceinte.

 

Plus d'articles dans Santé

Remonter